15-07-12


Le Jardin/De Tuin Majorelle

Nous avons notre première permanence aujourd'hui, dimanche le 15 juillet 2012 de 14h à 16h. Nous vous invitons, chers voisins, à nous apporter vos déchets de fruits et légumes afin de contribuer aux compostages qui serviront aux cultures!

Le Jardin Majorelle est ouvert tous les dimanches de 14h à 16h.

l'Espoir, vous souhaite les bienvenus!

*******

We hebben vandaag, zondag 15 juli 2012, onze eerste openingsdag van 14u tot 16u. We nodigen van harte al onze buren uit, om hun groente- en fruitafval mee te brengen, deze zal gebruikt worden om compost te maken voor onze moestuin!

De Tuin Majorelle is open op zondagen van 14u tot 16u.

l'Espoir, heet van harte iedereen welkom!


Fadel-Amine

13-07-12

L'Espoir dans le Monde

Un article sur notre projet dans le journal français "Le Monde"!


Une maison multicolore, ecologique et sociale à Bruxelles.

(Bruxelles Envoyé spécial) Dans le quartier populaire de Molenbeek-Saint-Jean, à la périphérie de Bruxelles,aux numéros7, 9, 11 et 13 de la rue Fin, le bâtiment multicolore détonne et étonne. Bâtie sur une friche ndustrielle cernée de murs de brique, au pied d’une barre d’immeubles usés, la façade arc-en-ciel d’un étage, aux balcons  tout de bois de cèdre, affiche sa personnalité. Celle d’un projet environnemental et d’une ambition sociale d’accès à la propriété de familles mal logées, pour la plupart immigrées. Avec un nom qui résonne comme un slogan: «L’Espoir».

Au sol, 1686m2 de superficie habitable réparties entre 14 familles, auxquels il faut ajouter une terrasse d’environ 10m2 pour chacune, et un jardin pour celles résidant en rez-de-chaussée ou un balcon au premier étage.

Traoré Djamal, tout sourire, fait la visite. «On est bien ici, mieux que dans notre appartement précédent, explique le jeune homme de 19ans, aîné d’une famille d’origine togolaise de quatre enfants. C’est une maison neuve, basse énergie; on a pu acheter le terrain avec les autres et faire bâtir.»

Ce n’est pas la moindre des fiertés de l’architecte, Damien Carnoy. «Les familles qui sont entrées dans le projet ont été associées à toutes les étapes de la construction. Leurs rêves et demandes ont été écoutés, explique-t-il. Avec les aides de la région, alors qu’elles étaient pour la plupart mal logées et ne disposaient pas de revenus importants, elles ont accédé à la propriété. Les économies d’énergie ont, en plus, permis d’alléger leur facture d’électricité.»

L’Espoir répond aux critères du standard passif : les besoins de chauffage doivent être inférieurs à 15kWh/m2/an.La structure du bâtiment est en bois et dérivés du bois, le confort acoustique est supérieur aux normes exigées, les eaux de pluie ne sont pas rejetées à l’égout et 40% de la parcelle est «restituée» à la nature par le biais des jardins, la végétalisation des toits et de la façade.

Alors que ces maisons sont souvent onéreuses, l’architecte se vante d’un «prix de construction inférieur au prix du marché, malgré la performance thermique et acoustique». Le bâtiment certifié «exemplaire» par l’Institut bruxellois de gestion de l’environnement, bénéficie d’une subvention de la région de 100 euros par m2 habitable et d’une prime «maisons passives » de 6500 euros par logement. La municipalité de Molenbeek a aussi consenti une forte réduction sur le prix de vente du terrain. Chaque famille paye ainsi entre 483 euros mensuels pour unappartement avec deux chambres et 760 euros pour un quatre chambres, pour un crédit remboursable sur vingt-cinq ans.

«Au début, les gens nous prenaient pour des riches, on nous a même jeté des oeufs, raconte Traoré. Mais cela va mieux, nous avons organisé des fêtes et invité les voisins.» Aucune de ces 14 familles, venues du Liban, de Guinée ou encore de Syrie, n’imaginait un jour devenir propriétaire. L’Espoir n’est pas isolé. Dans la région de Bruxelles,156 bâtiments exemplaires ont été labellisées. Rue de la Brasserie, à Ixelles, au sud de Bruxelles, une autre construction, à l’esthétique « Art nouveau», avec ses balcons ornés de ferronnerie, propose à ses habitants son ossature bois et son parement brique. A l’intérieur, renouvellement de l’air frais en continu, aucun chauffage individuel mais la circulation d’un air à 20˚C et des panneaux solaires qui assurent 50% de la production d’eau chaude. Là encore, un important travail sur les matériaux fait de la maison «un thermos», selon l’expression de l’architecte, Vincent Szpirer.

Les «Batex», bâtiments exemplaires de la région bruxelloise, ont été récompensés d’un Awards européen 2012 décerné par la Commission, dans le cadre de la semaine de l’énergie durable organisée du 18 au 22juin. Cette manifestation est chaque année l’occasion de mettre en avant les initiatives les plus innovantes en Europe. Les travaux de rénovation des bâtiments et les nouvelles normes de construction doivent permettre à l’Union européenne d’atteindre ses objectifs de lutte contre le changement climatique. Ils sont aussi pour la Commission créateurs de nouveaux emplois. En juin, les Etats-membres sont parvenus à un compromis sur la directive qui doit permettre d’améliorer l’efficacité énergétique de l’Unionde17% d’ici à 2020. La rénovation des bâtiments constitue un volet important de cette politique et concerne aussi bien le parc privé que public.

Rémi Barroux